Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 avril 2010 7 18 /04 /avril /2010 15:54
Le riz est une céréale à la base de l'alimentation japonaise et même asiatique de manière générale. Mais au-delà de son simple statut alimentaire et agricole, le riz possède des significations culturelles et religieuses importantes au Japon.

http://lock07.free.fr//Okami/309535774_ffab54fb1b.jpg
A l'époque féodale du pays, les paysans mais aussi les marchands et l'ensemble du peuple japonais devaient s'acquiter d'un impôt envers les seigneurs féodaux. Cet impôt, qui était notamment basé pour les agriculteurs sur la surface de terre qu'ils étaient autorisés à cultiver, se payait en une certaine quantité de riz. Ainsi, le riz acquit le statut de monnaie, et même de monnaie à la valeur fiable et pouvant servir de valeur financière de refuge en cas de crise.  On comprend donc que rapidement, le riz n'est pas resté une simple céréale.

 

http://lock07.free.fr/Okami/riz-plants.jpg

 

Mais en plus de cette valeur légale du riz, ce dernier est aussi doté au Japon d'une connotation religieuse. Le riz est un plat qu'on bénit, tout comme nous bénissions le pain à une époque en Europe. Il est ainsi extrêmement malpoli de laisser quelques grains de riz au fond de son bol. Dans les anciens temps, cette valeur spirituelle était encore plus marquée, puisqu'on imaginait que des forces surnaturelles habitaient l'alimentation à base de riz. Ainsi, les onigiri, ces boulettes de riz équivalentes à nos sandwichs et très populaires au Japon, passaient pour abriter les âmes des esprits. La croyance voulait qu'en mangeant un onigiri, on s'emplissait l'estomac de la force de cette âme. C'est de là que vient la tradition de déposer des onigiris sur les autels des temples et des sanctuaires, comme marque de respect et comme offrande aux dieux.

 

http://lock07.free.fr/Okami/Bol_Riz.gif

 

Le riz occupe aussi une place toute particulière dans les rites funéraires japonais. Il symbolise l'âme vitale, et on plante traditionnellement deux baguettes dans un bol de riz qu'on dépose auprès du défunt pour l'accompagner vers l'au-delà et lui donner éventuellement la possibilité d'une nouvelle naissance outre-tombe. De ce geste en ont découlé d'autres, comme le fait de disséminer des grains de riz sur le terrain de construction d'une nouvelle maison pour chasser les mauvais esprits et bénir la future habitation d'un jeune couple qui espère fonder un foyer et donner la vie à son tour. Ou bien encore la place centrale du bol de riz au cours de la cérémonie de mariage, toujours avec cette image de force vitale.

 

http://lock07.free.fr/Okami/shinto_tempel_11_shimenawa_gevlochten_rijststrengen_www_asiarice_org.jpg

 

Même la paille de riz serait empreinte d'un pouvoir spirituel. La paille de riz tressée sous forme de corde est utilisée dans la décoration des sanctuaires et la fabrication d'ornements et d'accessoires rituels.Ce sont les Shimenawa. La paille de riz est aussi la matière première utilisée pour fabriquer les tatamis.

 


http://lock07.free.fr/Okami/Plantationriz2.jpg
On voit donc bien que le riz a de multiples autres fonctions que son seul rôle alimentaire. D'ailleurs, il n'est devenu réellement la céréale de base dans l'alimentation des citoyens japonais qu'au début du XXème siècle. Auparavant, le riz était si précieux que seuls les seigneurs féodaux, leur cour, les riches marchands et la classe anoblie des samouraïs pouvait se permettre d'en consommer régulièrement. Le peuple japonais se nourrissait principalement de millet ou d'orge, réservant le riz aux occasions spéciales (naissance, mariage, décès).

http://lock07.free.fr/Okami/Plantationriz.jpg
Du simple fait qu'Ōkami se déroule au Nippon, une modélisation romancée du Japon féodal, il était tout à fait naturel et logique que le riz trouve sa place. C'est notamment le cas de la plantation de riz du village de Kamiki, que Kushinada cultive en vue de produire de l'alcool de riz, le sake. Mais on en retrouve aussi dans les denrées alimentaires du jeu, sous la forme d'onigiri principalement.

http://lock07.free.fr/Okami/Onigiri.jpg
Repost 0
17 avril 2010 6 17 /04 /avril /2010 15:28
Un Sishi Odoshi est une fontaine en bambou à bascule. On en trouve très fréquemment dans les jardins japonais.
Il se compose de 2 parties articulées entre elle et en mouvement grâce au flux d'eau. Schématiquement, une tige de bambou, creuse en son centre, est fixée sur un support fixe à point d'équilibre se situant tout près de son milieu. L'eau s'écoule d'un côté de la tige de bambou et la remplit. Lorsque la tige est pleine, le poids de l'eau la fait basculer. L'eau se déverse alors par l'extrémité creuse de la tige de bambou et cette dernière se vide. Et une fois vidée, la tige de bambou retrouve sa position d'équilibre et rebascule dans sa position initiale, avant de se remplir de nouveau.

http://lock07.free.fr/Okami/newshishi.jpg
Le clapottis de l'eau est un bruit assez harmonieux qui fait partie intégrante de la contemplation des jardins japonais. Eh oui, un jardin japonais se regarde, mais s'écoute aussi. Chaque Shishi Odoshi provoque un bruit qui lui est propre, légèrement différent d'un autre. Ce bruit est en effet modifié par la taille du cylindre de bambou, sa longueur (qui modifie le rythme du clapottis), l'épaisseur de la tige de bambou, la qualité du bambou employé bien entendu, sans oublier le sol sur lequel vient s'échouer l'eau à la sortie de la fontaine. Mais si de nos jours, ce bruit est perçu comme une part entière du raffinement des jardins japonais, il faut savoir que ce n'était pas du tout sa fonction première. Bien au contraire, à l'origine, ce bruit était censé effrayer les animaux sauvages, afin qu'ils ne viennent pas saccager les jardins japonais. D'ailleurs, en japonais, Shishi Odoshi signifie tout simplement "effaye-cerf". Les Shishi Odoshi sont donc véritablement les équivalents sonores de nos épouvantails.

http://lock07.free.fr/Okami/Shishi.jpg
Les Shishi Odoshi peuvent être de toute taille, et de complexité variable. Certains peuvent faire intervenir des mécanismes bien plus complexes que la fontaine de base. Ainsi, l'eau peut remplir successivement plusieurs tiges de bambou, recréant ainsi un jeu de cascade. Ōkami nous propose un Shishi Odoshi classique, mais de très grande taille. Il se trouve au Onsen de l'auberge de Sasabe.

http://lock07.free.fr/Okami/ShishiOdoshi.jpg
Repost 0
16 avril 2010 5 16 /04 /avril /2010 15:55
Un Seisatsu un panneau japonais en bois, à la forme pentagonale assez caractéristique et facilement reconnaissable. Ce panneau servait beaucoup dans les temps féodaux du pays, notamment pour annoncer les textes officiels, les lois, mais aussi les édits de proscription (condamnations à mort). Mais il pouvait aussi être utilisé pour fournir des informations sur un lieu, un temple ou un sanctuaire. C'est d'ailleurs cette utilisation qui persiste de nos jours. On trouve très fréquemment des Seisatsu à l'entrée de monuments ou devant des lieux célèbres pour y décrire leur histoire ou un récit qui y est attaché. Néanmoins, les Seisatsu sont toujours uniquement gravés en japonais, et ne sont pas traduits.

http://lock07.free.fr/Okami/Seisatsu(Medium).jpg
De très nombreux Seisatsu figurent dans le Nippon d'Ōkami. On les trouve à leur place, c'est à dire devant les monuments ou les lieux importants. Et pour une meilleure compréhension du jeu, ils sont traduits :-)

http://lock07.free.fr/Okami/Seisatsu1.jpg
http://lock07.free.fr/Okami/Seisatsu2.jpg
Repost 0
15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 15:59
Le Shachihoko est un yōkai, c'est à dire un monstre issu du folklore japonais. Il est pourvu d'une tête de dragon et d'un corps de carpe. Il possède le pouvoir de provoquer la pluie et passe pour être un animal très puissant. Cette capacité à faire pleuvoir est mise à profit par les architectes japonais, qui n'hésitèrent pas à orner les corniches des toits de nombreux monuments de statues de Shachihoko. Le monstre est ainsi en capacité d'éteindre immédiatement un début d'incendie, qui fut pendant des siècles la principale menace des constructions en bois. Le plus bel exemple se situe au château de Nagoya.

http://lock07.free.fr/Okami/Shachi(Medium).jpg
http://lock07.free.fr/Okami/Okayamajou26(Medium).JPG
On retrouve deux statues de Shachihoko dans Ōkami au sommet du château de l'ile Oni, sur le plate-forme qui accueille le combat contre Kyubi. Même si elles ne font pas directement pleuvoir, de l'eau s'écoule par leur bouche, et c'est souvent une propriété de ces statues. Elles sont d'ailleurs fréquemment installées dans les bassins qui servent à se purifier les mains avant d'aller prier dans les sanctuaires shintoïstes.

http://lock07.free.fr/Okami/Shachihoko.JPG
Un autre exemple célèbre de Shachihoko est le Pokemon Leviator, évolution du pokemon Magicarpe.

http://pokemon400.p.o.pic.centerblog.net/ri0akhwe.jpg
Repost 0
14 avril 2010 3 14 /04 /avril /2010 15:30
Les Kokeshi sont des poupées japonaises tradionnelles en bois, facilement reconnaissables du fait de leur forme caractéristique. Elles se présentent en effet avec une tête arrondie et une épaisse chevelure noire coupée au carré, surmontant un corps fin et cylindrique. Traditionnellement, en offrir une était un moyen de déclarer son amour à la personne à qui on l'offre, que ce soit un homme vis-à-vis d'une femme ou le contraire. Au sein d'un couple, la signification change légèrement et ce geste exprime alors plutôt le désir d'avoir un enfant. Cependant, de nos jours, les poupées Kokeshi se sont démultipliées et sont devenues des objets décoratifs que de nombreuses boutiques de souvenir vendent aux touristes. Et l'ironie veut que cet usage soit en réalité le plus proche de leur rôle initial.

http://lock07.free.fr/Okami/kokeshi-dolls.jpg
On estime en effet que les poupées Kokeshi ont été élaborées pour la première fois par des menuisiers de la région de Tōhoku, au nord de l'ile d'Honshū dans le courant du XVIIIème siècle pendant l'ère Edo. Alors que ces artisans produisaient habituellement plutôt des ustensiles de cuisine ou de la vaisselle en bois, certains d'entre eux inventèrent ces poupées qu'ils vendaient alors aux riches touristes qui venaient se prélasser dans les onsen de la région. L'usage voulait alors que les touristes ramènent ces poupées atypiques à leurs enfants et la croyance populaire imaginait que si les enfants jouaient avec ces poupées, les récoltes de l'année suivante seraient bonnes.  Les poupées Kokeshi étaient donc bien avant tout un objet commercial, même si les croyances qui leur étaient rattachées ont bien évoluées.

http://lock07.free.fr/Okami/Kokeshi_2(Medium).jpg
Les poupées Kokeshi sont traditionnellement sculptées dans du bois, que ce soit de l'érable, du cerisier, du poirier ou autre. En fonction du bois utilisé, il faut respecter une longue attente de séchage, pouvant durer plusieurs années, avant d'entamer la sculpture. Les Kokeshi sont ensuite peintes puis recouvertes du couche de laque qui leur donnent un aspect brillant.

http://lock07.free.fr/Okami/Kokeshi.JPG
Il est possible d'apercevoir des poupées Kokeshi dans Ōkami, notamment chez Baba la voyante, mais aussi dans le navire naufragé. Non, elles ne sont pas à vendre !
Repost 0
13 avril 2010 2 13 /04 /avril /2010 15:32
Taiko est le mot japonais désignant un tambour. Mais les tambours japonais ne ressemblent que de très loin aux tambours que nous utilisons en occident. Pour bien différencier les deux, les japonais ont d'ailleurs un autre terme, Wadaiko, qui désigne plus spécifiquement les tambours japonais traditionnels.

http://lock07.free.fr/Okami/Kodo_Taiko_Drum(Medium).JPG
En réalité, il n'existe pas une seule sorte de Taiko, mais véritablement une multitude, de toutes tailles, de tout timbre et fabriqués à partir de divers types de bois. Tous ont néanmoins pour point commun d'être bien entendu cylindriques, et de posséder 2 surfaces de percussion, une de chaque côté. Ces surfaces de percussion, que l'on appelle des peaux, sont particulièrement tendues, et produisent un son d'autant plus grave que la cavité de résonnance est souvent assez grande. Ceci s'explique par le fait que le Taiko est un instrument particulièrement joué en été, notamment lors des festivals populaires. Hors, il se trouve que les étés japonais sont chauds et humides. La grande tension des peaux a pour objectif d'éviter qu'elles ne se distendent et n'altèrent les qualités de résonnance du Taiko. D'autant plus que la plupart du temps, les peaux sont scellées, et chaque Taiko ne peut donc produire qu'un et un seul accord. Le son grave qui en résulte peut parfois ressembler à un grondement de tonnerre, ce qui fait que Raijin, le dieu de la foudre, est représenté avec des Taiko dont il joue quand l'orage tonne.

http://lock07.free.fr//Okami/TaikoDrummersAichiJapan(Medium).jpg

Ōkami met en avant cette particularité en présentant effectivement des Taiko aux côtés de la statue de Raijin sur l'ile Oni. Mais ce n'est pas le seul endroit où il est possible d'en apercevoir dans le jeu. Un certain nombre d'ennemis, et notamment les démons jaunes, combattent au moyen de Taiko. Ceci fait référence à l'utilisation martiale qu'ont connus les Taiko. Ils étaient en effet utiisés sur les champs de bataille pour intimider l'adversaire et la légende dit même que les plus imposants d'entre eux faisaient trembler le sol.

http://lock07.free.fr/Okami/Taiko(Medium).JPG
Le symbôle qui est dessiné les Taiko s'appelle Tomoe. Il n'est pas spécifique au tambour japonais, et se retrouve comme emblème dans de nombreuses familles japonaises, mais aussi comme logo assez fréquents et populaire. Il est composé de trois Magatamas qui s'intriquent entre eux sous la forme d'une spirale.

http://lock07.free.fr/Okami/taikonotatsujin.jpg
Pour finir, il convient de signaler qu'une célèbre série de jeux vidéo de l'éditeur Namco, notamment sur arcade a popularisé le Taiko. Cette série, c'est Taiko no tatsujin, où le joueur doit justement jouer du Taiko.
Repost 0
12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 15:46
Un Shimenawa est une corde de paille de riz tressée et permettant de délimiter une enceinte shintoïste sacrée.
La corde est en réalité composée de 2 volumineuses tresses torsadées, qui sont enlacées l'une dans l'autre.
Elle est ensuite accrochée et nouée afin d'indiquer les zones protégées par les divinités shintoïstes, les kamis.
Ainsi, les Shimenawa entourent très souvent les lieux de culte tels que les sanctuaires, mais aussi les rochers sacrés, les halls de prière et les torii importants. Enfin, il n'est pas rare que certains arbres imposants soient entourés d'un shimenawa. Ces arbres ont une signification particulière : Il est dit qu'ils sont habités par des esprits nommés Kodama. Les Kodama sont des esprits du folkore traditionnel japonais, les yōkai. Ils vivent dans les arbres sacrés. Quiconque oserait couper l'un de ces arbres attirerait à coup sûr la malchance sur lui.
D'une manière générale, lorsqu'un Shimenawa est apposé à un endroit, la zone qu'il délimite doit être préservée.

http://lock07.free.fr/Okami/Izumooyashiro89(Medium).JPG
http://lock07.free.fr/Okami/Shimenawa-Meigetsuin(Medium).jpg
Ōkami représente plusieurs Shimenawa, en différents lieux. Les plus imposants sont ceux qui entourent les arbres sacrés qu'Amaterasu doit faire refleurir. On retrouve là toute la symbolique du Shimenawa : Lorsque l'arbre fleuri, la nature reprend ses droits, et avec elle les yōkai font leur retour. Les esprits regagnent donc le Nippon et redonnent vie au pays. Les arbres sacrés dominent des zones entières et sont des espaces sacrés. La tradition veut que toute pollution soit maintenue à l'écart d'un arbre doté d'un Shimenawa. Et c'est exactement cela qui se produit dans le jeu. La brume épaisse qui englobe le pays s'estompe progressivement au fur et à mesure que les arbres fleurissent de nouveau et ne revient plus.

http://lock07.free.fr/Okami/Arbresacr%E9Shimenawa.jpg
http://lock07.free.fr/Okami/Shimenawa(Medium).jpg
Un autre Shimenawa célèbre dans Ōkami est celui qui relie les rochers sacrés mariés de Meoto Iwa, situés dans la péninsule d'Ise au Japon et au large des côtes de Ryoshima dans Ōkami.

http://lock07.free.fr/Okami/RochersRyoshima.jpg
Repost 0
11 avril 2010 7 11 /04 /avril /2010 15:23
Hanami est un mot japonais désignant une pratique typiquement japonaise, la contemplation des fleurs, et plus spécifiquement la contemplation des cerisiers en fleur.

http://lock07.free.fr/Okami/maruyama-hanami.jpg
La pratique du Hanami est très ancienne, ce qui explique aussi sans doute en partie l'attachement des japonais à cette coutume. On suppose qu'elle a été importée de Chine durant la période Nara, aux alentours du VIIIème siècle. A l'époque, les japonais avaient prit l'habitude de contempler les fleurs de prunier, les premières fleurs de l'année. Puis, rapidement, ce furent les fleurs de cerisier, les fameuses Sakura, qui furent particulièrement appreciées. La principale raison en était la croyance que des dieux habitaient dans les arbres. Or, la venue des fleurs de cerisiers précède de très peu la saison de plantation du riz et en rendant hommage à la floraison des cerisiers, les japonais pensaient pouvoir d'attirer la bonne grâce des dieux de la végétation, et s'assurer ainsi une semence prospère. Le fait que les fleurs de Sakura soient particulièrement éphémères ne faisait qu'ajouter à la ferveur des admirateurs de Sakura.

http://lock07.free.fr/Okami/CFAY_sakura_1.jpg
http://lock07.free.fr/Okami/hanami_1.jpg
C'est l'empereur Saga, 52ème empereur du Japon, qui décreta l'Hanami, "la contemplation des fleurs". L'Hanami consiste donc depuis cette époque à se réunir entre amis, collègues de travail ou en famille sous les cerisiers en fleur afin de manger et de boire du saké. La tradition est née à Kyōto, capitale impériale et du raffinement. Au départ, seuls les nobles, la cour impériale puis les samourais célebraient l'Hanami. Mais rapidement, cette coutume s'est popularisée. Et son succès ne s'est jamais démenti.

http://lock07.free.fr/Okami/hanami9.jpg
De nos jours, l'Hanami est un moment-clef de la vie collective japonaise. Du fait de l'irrégularité de la période de floraison des cerisiers et de la brieveté de cet évènement, il n'y a pas de date précise pour fêter l'Hanami. Les premières fleurs de cerisier, les plus recherchées éclosent généralement durant la deuxième quinzaine du mois de mars. Les technologies modernes permettent depuis quelques années aux japonais de se tenir informés avec précision de la venue des premières fleurs de cerisier. Tout comme il existe des bulletins météorologiques pour la pluie et le beau temps, ou la météo des neiges, il existe au Japon une météo de la floraison des cerisiers, qui tente de prédire la venue des premières fleurs. Celles-ci éclosent en premier dans les iles méridionales du pays avant de remonter suivant un gradient ouest/est et sud/nord. Il existe ainsi un front d'eclosion de Sakura, qui met environ un mois à balayer le pays.

http://lock07.free.fr/Okami/hanami1.jpg
Les japonais ainsi informés se réunissent alors de façon préférentielle dans les jardins publics, y installent leurs traditonnelles nappes bleues, et se retrouvent pour pique-niquer, chanter, manger et boire du saké.

http://lock07.free.fr/Okami/UenoParkHanami.jpg

Il n'y a pas à proprement parler d'Hanami dans Ōkami, au sens populaire du terme. Néanmoins, le jeu tout entier est en réalité un Hanami, une contemplation des cerisiers en fleur. Les moments les plus spectaculaires du jeu sont sans doute ceux où Amaterasu fait refleurir les arbres. La nature se réveille alors littéralement et les couleurs explosent à l'écran, sous un déluge de pétales de Sakura.

http://lock07.free.fr/Okami/Hanaokami.jpg
Repost 0
10 avril 2010 6 10 /04 /avril /2010 15:38
Les jardins zen ou jardins secs sont des jardins typiques du Japon, uniquement composés de gravier blanc, de pierres, et éventuellement de bois et de plantes peu consommatrices d'eau. Le tout est organisé de façon extrêmement étudié et soigné quotidiennement. Ces jardins invitent à la méditation, à l'introspection. Issus du courant philosophique bouddhique, c'est à chacun d'y voir le sens qu'il veut y donner. Un jardin sec ne s'apprécie qu'en laissant le temps à l'esprit de s'imprégner de sa conception. Et alors on peut essayer de comprendre la symbolique qui y réside. Les jardins secs sont le plus souvent disposés au sein de temples. Ce sont d'ailleurs les moines qui les entretiennent. La plupart du temps, les moines se rendent disponibles pour guider le touriste ou l'amateur et l'initier aux préceptes du jardin. Mais il ne lui livrera jamais d'explication toute faite. D'une part parce que c'est à chacun de trouver la signification qu'il veut donner à cet arrangement, et d'autre part parce que dans la religion bouddhique, l'important n'est pas la finalité, mais le chemin qui y mène.

http://lock07.free.fr/Photos%20Japon%20Aout%202007/326%20-%20KYOTO%20-%20Ryogenin.jpg
Je vous renvoie à la visite de quelques jardins secs de Kyōto que j'ai eu la chance de visiter lors de mon premier séjour au Japon :
- Le jardin sec du Daisen-in
- Le jardin sec du Zuihō-in
- Le jardin sec Ryōgen-in
- Le jardin sec du Ryōan-ji

Ōkami nous fait aussi voyager au travers de quelques jardins secs. Il est possible de passer complètement à côté durant le jeu, puisqu'ils n'ont aucun rôle dans l'histoire. Aucune indication n'est fournie quand à leur interprétation, et ils sont totalement imaginaires. Le plus grand d'entre eux se trouve autour du palais de la reine Himiko à Seian. On en trouve un autre très beau au temple Ankoku. N'hésitez pas à vous laisser emporter par la musique du jeu et par la méditation pour y trouver une quelconque signification.

http://lock07.free.fr/Okami/Jardinsec.JPG                          Il est normalement strcitement interdit de marcher sur un jardin sec, Amaterasu !
Repost 0
9 avril 2010 5 09 /04 /avril /2010 15:37

Onsen est le mot japonais pour désigner une source d'eau chaude. Il en existe un nombre particulièrement élevé au Japon du fait de la nature volcanique du terrain. De ce fait, elles sont aussi particulièrement riches en minéraux, ce qui leur confère des vertues médicinales. Que ce dernier point soit véritable ou seulement fantasmé, il n'en reste pas moins que les onsens sont de véritables lieux de détente et de relaxation. Le plus souvent en extérieur, ils peuvent néanmoins se trouver à l'intérieur de certaines propriétés, notamment des ryokans, qui sont des auberges traditionnelles japonaises. Dans ce cas, le onsen donne très souvent sur un jardin japonais, c'est-à-dire apaisant et propice à la méditation.

http://lock07.free.fr/Okami/1212328883(Medium).jpg
Avant d'entrer dans un onsen, il est impératif de se laver le corps et les cheveux, puis de se rincer. Même si certains onsens notamment en intérieur ont une forme de baignoire, il ne s'agit certainement pas d'un endroit pour se laver. La question de la propreté est primordiale dans un onsen. Tout est d'ailleurs organisé pour les gens pénètrent propres dans l'eau. On se baigne complètement nu dans un onsen. Il n'est pas question de porter un maillot de bain. Tout juste est-on autorisé à se munir d'une serviette lorsque l'on rentre dans l'eau. Les onsens ne sont plus mixtes depuis l'ère Meiji, soit la moitié du XIXème siècle. Ainsi, il y a des bains pour hommes et des bains pour femmes. Enfin, on se doit de respecter la tranquilité des lieux et faire le moins de bruit possible. Il est néanmoins autorisé de discuter en chuchottant. Mais parler à haute voix, rire, crier ou éclabousser est strictement prohibé.

http://lock07.free.fr/Okami/Onsen1.jpg
Le jeu Ōkami nous permet de nous rendre dans un onsen, au sein de l'auberge de Sasabe qui fonctionne sur le modèle d'un ryokan. Ce onsen dans lequel il est possible de se baigner est un onsen d'extérieur, aménagé autour d'une crique. Il est néanmoins privé et appartient à la propriété. De tels établissements existent aussi au Japon, ce sont souvent des ryokans luxueux et très onéreux. D'autres sources d'eau chaude sont dispersées par ailleurs dans le jeu, et sont plutôt inspirées par les onsens d'extérieur en plein air et en pleine nature. Mais toujours dans une zone discrète et à l'abri des regards, tout comme c'est aussi le cas au Japon.

http://lock07.free.fr/Okami/Onsen.jpg

Repost 0

Présentation

  • : Expérience-Japon
  • Expérience-Japon
  • : Venez découvrir le Japon et rêver un peu
  • Contact

Recherche