Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 janvier 2010 5 08 /01 /janvier /2010 17:54
http://lock07.free.fr/Photos%20Japon%20Aout%202007/025panorama.jpg                                        Cliquez sur la photo pour visionner ce panorama en taille réelle.


Repost 0
7 janvier 2010 4 07 /01 /janvier /2010 16:47
http://lock07.free.fr/Photos%20Japon%20Aout%202007/011panorama%20.jpg                                        Cliquez sur la photo pour visionner ce panorama en taille réelle.


Repost 0
6 janvier 2010 3 06 /01 /janvier /2010 17:57
La rétrospective de mon premier voyage au Japon étant désormais terminée, hormis quelques suppléments que je compte vous présenter dans les jours à venir, il est temps pour moi de vous parler de mon prochain séjour au pays du soleil levant, d'ores-et-déjà programmé en avril prochain.


http://lock07.free.fr/Photos%20Japon%20Avril%202010/Carte_globale.png
Nous passerons 3 semaines aux pays du soleil levant au mois d'avril prochain, du 9 avril au 2 mai plus exactement. Pour ce 2ème voyage, nous avons choisi d'aller visiter de nouveaux lieux. Nous sortons donc du parcours traditionnel pour découvrir un peu plus la campagne japonaise, mais aussi aller faire un tour sur Kyushu et Shikoku.

Notre parcours nous emmenera tout d'abord à Nagoya, d'où nous ferons une boucle vers Takayama et Kanazawa. Nous serons notamment à Takayama pour la Sanno Matsuri, le plus grand festival du Japon, qui se tient les 14 et 15 avril de chaque année. Nous passerons aussi dans la région visiter le village d'Ogimachi qui est réputé pour ses maisons au toit de chaume.

De Tokyo, nous ferons une boucle dans la région d'Hakone et du lac Ashi, avec un passage par les régions de Shimoda et de Shuzenji sur la péninsule d'Ise. Cette région est considérée comme l'une des plus vertes du pays, et la destination privilegiée des tokyoïtes pour se mettre au vert. La combinaison lac + montagne de la région devrait nous assurer un très beau panorama, et il y a beaucoup de sentiers de promenades à faire dans cette zone, ainsi que de belles croisières sur le lac Ashi.

Plus au nord, nous irons aussi visiter la ville de Sendai, une ville réputée pour son dynamisme mais aussi pour son histoire et sa culture. Juste à côté, sur la côte, il nous était impensable de ne pas nous rendre à Matsushima, considéré par les japonais comme le plus beau point de vue du pays. Rien que les photos de cette région visionnées sur internet me font saliver, j'ai hâte de découvrir cela en vrai.

Enfin, de Tokyo, nous avonsprévu de consacrer une journée à la découverte de Matsumoto et de son célèbre château féodal. Sans oublier non plus un passage par le célèbre musée Ghibli de Miyazaki (Princesse Mononoke, Totoro, le château dans le ciel, le voyage de Chihiro, Porco Rosso, etc). Je pense que nous retournerons aussi faire un coucou à Shibuya, le quartier le fou de la ville, et nous devrions aussi aller visiter le quartier du Tokyo Dome.

A Kyoto, il est impossible de tout voir, mais nous avons prévu quelques jours pour découvrir de nouveaux temples que nous n'avions pas eu le temsp de visiter la dernière fois.

Enfin, nous irons à la découverte des 2 grandes iles au sud d'Honshu, à savoir Kyushu et Shikoku, avec un programme qui s'annonce très chargé si nous arrivons à tout faire. Mais il y a beaucoup de choses à voir et à découvrir.


Avec un peu de chance, notre séjour sera en plus agrémenté par la floraison des cerisiers, encore un très grand moment en perspective. A très bientôt donc pour découvrir tout cela en photos à notre retour !

Repost 0
Published by Diddu
commenter cet article
2 janvier 2010 6 02 /01 /janvier /2010 15:03
La rétrospective de mon premier séjour au Japon s'achève. L'ensemble des articles et des photos relatifs à cet inoubliable séjour est désormais disponible sur le blog. Pour mieux visualiser ce périple, je vous proprose de suivre notre parcours sur une carte du Japon :

http://lock07.free.fr/Photos%20Japon%20Aout%202007/carte_japon_nikko.jpg

Nous avons donc aterri à l'aéroport de Nagoya. Mais pas le temps de trainer, nous sommes tout de suite allés à Kyoto, pour y découvrir l'envoutant parfum de la ville, ces temples magnifiques, ses jardins secs, et ses quartiers traditionnels.

Puis, nous avons rejoint Hiroshima, notre deuxième grande étape, en passant par Okayama. A Hiroshima, nous avons parcouru l'émouvant parc-mémorial, mais aussi et surtout découvert Miyakima, une ile sublime, qui vaut vraiment le détour. Certainement l'une des étapes que j'ai le plus appreciées.

Ensuite, nous sommes retournés à Kyoto, et de là nous sommes ensuite rendu à Nara, la toute première capitale du pays et riche en monuments et temples à visiter.

Puis nous avons fait une halte au Mont Koya, cette enceinte considérée comme sacrée où nous avons pu nous immerger dans la culture locale grâce à l'accueil des moines qui nous ont ouvert les portes de leur monastère pour le gite et le couvert.

Ensuite, direction le sublime et magistral Mont Fuji. La vue de notre hotel donnant directement sur le mont et les lacs qui l'entourent ont une fois encore illuminé notre séjour, sous le soleil radieux de ce mois d'aout.

Dernière grande étape de notre séjour, enfin, Tokyo, la capitale démesurée de ce pays, la ville de tous les superlatifs, où tout est tellement grand, impressionnant et démesuré qu'on ne sait plus où donner du regard. Le modernisme de Tokyo représente un contraste saisissant avec le côté traditionnel de Kyoto, mais cette seule image résrumeà elle seule le caractère du Japon, mariant les deux sans aucune difficulté.

De Tokyo, 2 excursions nous ont menées à Nikko et Kamakura, pour 2 journées qui ne pouvaient être qu'à l'image de ce périple tout entier : Inoubliable !


Vivement qu'on y retourne !
Repost 0
1 janvier 2010 5 01 /01 /janvier /2010 16:26
Kyubi est un renard inspiré de Kitsune, une divinité japonaise parmi les plus importantes que compte la religion shintoïste.


Les Kitsune sont des renards, et même plus souvent des renardes. Ils passent pour être des esprits malicieux et rusés, aimant jouer des tours et ont plutôt mauvaise réputation. Ils sont dotés de pouvoirs magiques, qui leur permettent notamment de prendre possession du corps de certains humains et ainsi de se faire passer pour eux. En réalité, un Kitsune est capable de changer de forme et de prendre de multiples apparences. Plus un Kitsune vieillit, plus grands sont ses pouvoirs magiques. Avec le temps, il gagne aussi de nouvelles queues, et le nombre de queues de cet animal est un bon moyen d'estimer son âge. D'une seule queue pour les nouveaux-nés, à deux queues pour les enfants, et jusqu'à neuf queues pour les plus vieux et les plus puissants Kitsune.

Au départ, les Kitsune étaient les messagers de la déesse du riz Inari. Lorsque l'on sait que le riz est à la base de l'alimentation japonaise et occupe une place prépondérante dans la culture du pays, on comprend aisément l'importance de la déesse Inari dans la religion shintoïste. Et il en découle donc aussi une place privilégiée pour ses messagers, les Kitsune. Et ce d'autant plus qu'avec le temps, Inari et Kitsune ont finit par se confondre. Néanmoins, Kitsune reste bien la représentation matérialisée sous la forme d'un renard de la déesse Inari qui, elle n'est jamais représentée. Ceci explique pourquoi on trouve des statues de Kitsune à l'entrée des sanctuaires dédiés à Inari. Les sanctuaires dédiés à Inari sont des sanctuaires shintoïstes, mais comme souvent au Japon, les différentes religions du pays se mêlent, et de fait, Kitsune appartient aussi à la religion bouddhistes, et même taoïste.

Au départ, les Kitsune étaient donc plutôt des créatures au présage heureux. Mais leurs pouvoirs magiques et les maléfices qu'ils peuvent en tirer en ont fait des esprits redoutés. Leur capacité la plus crainte est bien entendu celle qui leur permet de prendre possession de leurs victimes. Mais les Kitsune ont aussi la capacité de souffler du feu ou de s'embraser. Ainsi, lorsqu'un feu se déclenche de façon spontanée et mystérieuse, on n'hésite pas à incrimer les Kitsune dans cet incendie. De proche en proche, les Kitsune se sont ainsi vu reprocher beaucoups de maux qui accablent les humains. On les accuse d'amener des maladies, de provoquer des épidémies, ou encore des famines. On leur prête même des pouvoirs encore plus surnaturels, comme la possibilité de distordre le temps et de courber l'espace.

Dans Ōkami, Kyubi est le maitre de l'ile Oni. Il s'agit d'un renard à neuf queues, ce qui représente le maximum possible. Comme nous l'avons vu dans l'article précédent qui lui est consacré, Kyubi a pris possession du corps de la prêtresse Tsuzura. Chacune de ses neuf queues renferme un esprit vengeur.

Connue également sous le nom d'Izuna, cette créature est fréquemment la proie d'envoutements. Certains sorciers opportunistes et compétents l'utilisent pour leur enrichissement, bien qu'il s'agisse là d'un risque souvent incompris, car cette bête est source de famine et d'épidémie. Il faut donc rester très prudent et faire pruve d'une grande habilité magique pour contrôler cet animal puissant.

De nombreux autres jeux vidéo font apparaitre des Kitsune, parfois même très célèbres. On pense bien entendu à Tails, le compagnon de Sonic, qui est un renard à deux queues. Dans Tales of Symphonia, l'un des personnages se nomme Sheena Fujibayashi et est accompagné en permanence de Corrine, un esprit censé avoir été créé par l'homme et ayant l'apparence d'un renard à trois queues. Lorsqu'elle trouve la mort, Corrine devient Verius, un esprit ayant la forme d'un renard à neuf queues adulte. Enfin, dans Pompoko, le chef d'oeuvre de Isao Takahata des studios Ghibli, le peuple des Kitsune apparait comme s'étant adapté au monde des humains avant même les tanukis et partage avec eux Le Grand Art, qui est le nom donné à leur don de polymorphie.

Repost 0
31 décembre 2009 4 31 /12 /décembre /2009 16:09

Kyubi est l'un des démons les plus puissants rencontrés dans Ōkami. C'est aussi c'est l'un des plus sournois, puisqu'il n'hésite pas à posséder ses victimes et à se faire passer pour elles. Dans le jeu, Kyubi a en effet assassiné la grande prêtresse Tsuzurao et prit possession de son corps. Ainsi, usurpant son identité, il se fait passer pour l'émissaire de la reine Himiko et manoeuvre ainsi dans l'ombre. Bien plus intelligent que la grande majorité des autres démons, il utilise donc ses talents politiciens lorsqu'il sait que sa force ne lui permet pas d'envisager avec succès une confrontation directe.

Esprit de Kyubi : La légende d'Amaterasu parle de sa rencontre avec Tsuzurao. Cette prêtresse à la beauté ensorceleuse menait une vie pieuse. Sa charité et sa générosité n'avaient d'égale que son infinie patience. Mais on admirait surtout son charme et son intelligence. Un jour qu'elle finissait son sermon, un homme au visage de renard la visita. Il s'évanoui soudainement dans un nuage de fumée. A sa place apparu une épée avec neuf tranchants qui attaqua la demoiselle. L'homme s'empara alors du corps de la pauvre dame. Et jusqu'à ce jour, tous ignorent que l'identité de la belle a été usurpée.

 

Kyubi est en effet en grande partie affaibli lorsqu'Issun et et Amaterasu croisent son chemin. Initialement, il est pourtant l'un des démons les plus puissants du Nippon. Il est même le dirigeant de l'ile d'Oni. Mais pour une raison inconnue, il a perdu un objet qui lui assure sa puissance, l'appeau du renard. L'appeau du renard contient les esprits de 9 renards, auxquels Kyubi peut donc faire appel grâce à cet appeau. L'objet était à bord d'un navire qui a sombré dans les eaux au large de la péninsule de Ryoshima, et Kyubi, sous l'apparence de Tsuzurao, fait tout son possible pour s'y rendre afin de récupérer sa relique.

 

Et finalement, la ruse de Kyubi lui permet de parvenir à ses fins. Et c'est en abusant de la crédulité d'Amaterasu et des faiblesses d'Issun que Kyubi récupère l'appeau du renard. Dès lors, Kyubi se dévoile et assassine immédiatement la reine Himiko. Amaterasu arrive trop tard, mais n'est désormais plus dupe du costume qu'a emprunté Kyubi. Et l'affrontement éclate, avec un Kyubi qui est encore dans l'enveloppe charnelle de la prêtresse Tsuzurao, mais qui porte désormais un masque de renard. Le combat tourne à la faveur de la déesse du soleil. Kyubi n'est cependant pas en mesure de faire état de l'intégralité de ses pouvoirs, et se retire donc en direction de son repaire, l'ile d'Oni, pour retrouver sa forme originelle.


L'affrontement final entre Amaterasu et Kyubi se déroule donc en terre ennemie, dans l'antre du renard à neuf queues. Mais le démon est décidement très rusé, et se cache en réalité dans une constellation, à la manière des divinités du pinceau céleste. Il est d'ailleurs le seul ennemi du jeu à pouvoir lui aussi utiliser des techniques du pinceau céleste, ce qui le rend particulièrement difficile à manier et confirme qu'il s'agit bien de l'un des monstres les plus puissants du Nippon.

Kyubi : La véritable apparence du seigneur de l'ile Oni, une créature qui fera tout pour que la péninsule de Ryoshima soit anéantie. D'après la légende, seul le pinceau céleste peut exorciser les neuf esprits qui habitent chacune de ses neuf queues.

 

Kyubi est en effet un Kitsune, un renard à neuf queues, comme nous allons le voir dans l'article suivant.

Repost 0
30 décembre 2009 3 30 /12 /décembre /2009 15:38
Rechiku et Nechiku sont les 2 gardiens du temple Iriwaku, au mont Ezofuji, dans les contrées nordiques et enneigées de Kamui. Il s'agit de 2 hiboux mécaniques dont le corps contient pour chacun d'entre eux une immense horloge, analogique (à aiguilles) pour Rechiku et digitale (à chiffres) pour Nechiku. Cela leur permet de contrôler le temps à leur guise. Le combat contre Rechiku et Nechiku est certainement l'un des plus marquants du jeu. Il se déroule dans une vaste arène, en pleine nuit et par une tempête de neige. Mais surtout, les distorsions temporelles font qu'Amaterasu combat aux côtés de sa propre incarnation datant d'un siècle, Shiranui, puis par la suite aux côtés d'un autre loup tout aussi charismatique, Okikurumi. Bref, le combat est dantesque, et extrêmement plaisant à jouer.


Démon d'or Rechiku : La signification du nom "Rechiku" a été perdue il y a bien longtemps, même au sein de la tribu des Oina. Cependant, la tradition prétend que ce yokaï est la moitié d'un duo de démons bannis par la déesse du soleil. Bien qu'il existe de nombreux contes et chansons, aucune preuve écrite ne peut confirmer cette histoire. La tribu considère cette légende comme impure et a interdit tous les écrits qui s'y rapportent.


Démon d'argent Nechiku : Nechiku est étroitement lié à Rechiku. Ils sont deux faces d'une même pièce. A l'origine, ces 2 noms ne formaient qu'un seul mot, "Rechikunechiku". Une phrase qui peut signifier "l'un compte le temps qui passe, l'autre annonce la mort... L'engrenage de la lune... La clé du commencement".


Sévissant à Kamui, Rechiku et Nechiku trouvent logiquement leur origine dans les mythes Aïnous. Pour cela, il faut rependre leurs noms complets en japonais. Rechiku se nomme en effet au Japon Moshirechiku, et Nechiku se nomme Kotanechiku. Moshirechiku est formé de Mosir en Aïnou, et retranscrit Moshiri en Katakana, qui signifie pays, ainsi que du mot Cikap (transcrit en Chikapu) qui signifie hibou. Quand à Kotanechiku, il est formé de Kotan qui signifie village et de Cikap lui aussi.
Kotanechiku et Moshirechiku signifient donc hibou du village, et hibou du pays (sous-entendu, du village et du pays des Aïnous).


Dans la mythologie Aïnoue, il existe un poème qui est resté à propos de ces deux divinités, Moshirechiku et Kotanechiku. Il s'agit de ces 2 phrases :

sirokanipe ranran piskan
(la goutte d'argent tombe, tombe, sans s'arrêter)
konkanipe ranran piskan
(et la goutte d'or tombe, tombe elle-aussi)


Les 2 gouttes dont il est ainsi question sont des images figurant les larmes des hiboux. La larme d'argent est celle de Kotanechiku et la larme d'or est celle de Moshirechiku. On comprend ainsi mieux pourquoi ces 2 divinités Aïnoues ont été représentées dans Ōkami par des hiboux (l'animal du mythe), de couleur dorée et argentée (en référence à ce poème qui leur est consacré), et sous la forme d'animaux mécaniques (l'or et l'argent sont des métaux).

Repost 0
29 décembre 2009 2 29 /12 /décembre /2009 16:35
Casque ardent est l'un des boss du jeu Ōkami. Contrairement à beaucoup d'autres ennemis du jeu, il ne se réfère pas à une créature de la mythologie ou du folklore japonais. Son nom d'origine est Akakabuto, ce qui signifie simplement casque rouge (aka = rouge, kabuto = casque). Les traducteurs ont donc logiquement transcrit directement son nom en français pour son apparition dans notre langue, ce qui est la traduction la plus proche de son nom d'origine.

Si casque ardent ne provient d'aucune référence culturelle japonaise, il s'est en revanche construit une mythologie directement dans Ōkami. Dans le jeu, casque ardent est en effet une créature issue d'Orochi, le dragon à 8 têtes. Lorsqu'Izanagi a combattu Orochi et décapité les 8 têtes du dragon les unes après les autres, la tête enflammée est retombée dans le sang encore chaud du monstre et a donné naissance à casque ardent, une tête imprégnée de feu. Ceci explique mieux à la fois le caractère démoniaque de cet ennemi, et son utilisation exclusive de l'élément feu dans son mode de combat.


Pendant plus d'un siècle, ce chef de guerre a dirigé les hordes de démons infestant la campagne de Takayama puis a imposé une guerre acharnée aux forces du sanctuaire du Vent. La cruauté des flammes qui ondulent autour de son armure et les épées qu'il manie avec fureur sont autant de signes de son incomparable puissance. Pourtant, sous cette défense impénétrable, se trouve un corps vulnérable. Brisez la protection et après avoir exposé l'ennemi, souffler les flammes d'un vent divin pour révéler la véritable nature de ce démon.

Repost 0
28 décembre 2009 1 28 /12 /décembre /2009 16:39
Ekibyo est le démon qui est responsable de la brume mortelle qui a recouvert la capitale du Nippon, Seian. En arrivant à la capitale, il a infesté le corps de l'empereur. Celui-ci est tombé malade et s'est mis à agir de façon curieuse. Après avoir fait emprisonner sans raison la princesse Kaguya, ce dernier tomba dans le coma et se mit à répandre par la bouche une fumée verdâtre toxique. Bientôt, toute la capitale fut recouverte par cette épaisse nappe de brouillard et ce fut le début d'une véritable hécatombe parmi la population de la ville. A tel point que la cité dût s'isoler du reste du pays pour ne pas contaminer les voyageurs et les gens de passage.


Ekibyo est l'incarnation de l'épée Kanakugi, une épée démoniaque. Cette incarnation a pris la forme d'un guerrier, mais d'une taille microscopique. Ekibyo se loge en effet dans l'estomac de l'empereur, et ce n'est qu'en réduisant sa taille de façon signification qu'Amaterasu va pouvoir le localiser, briser Kanakugi et enfin libérer Ekibyo, qui disparaitra en ne laissant qu'un dernier nuage de fumée derrière lui.

C'est l'ensemble de ce récit que résume le descriptif d'Ekibyo dans Ōkami :
Incarnation de Kanakugi, la célèbre lame assoiffée de sang, Ekibyo a infesté le corps de l'Empereur, provoquant la brume toxique qui envahit la ville. Equipé de Kanakugi, ce guerrier maléfique possède un répertoire d'attaques redoutables. Il tremble puis dégaine sa lame plus vite que l'éclair. Mais les nuits de brume, ses attaques peuvent être perçues.


Cet ennemi ne fait pas référence directement à un conte ou à un monstre du folklore japonais. En revanche, il faut savoir que le mot Ekibyo signifie en japonais épidémie, ou peste. Ce qui est un terme parfaitement adapté à son rôle dans le jeu. Quand à son épée, Kanakugi, c'est un mot qui signifie clou en fer. Bel esprit de dérision !
Repost 0
27 décembre 2009 7 27 /12 /décembre /2009 15:44
La reine araignée est le boss des ruines de Tsutamaki. C'est le premier gardien d'importance qu'Amaterasu défie dans son parcours. La battre nécessite d'employer de façon successive et coordonnée plusieurs techniques du pinceau céleste.


Confinée dans les ruines de Tsutamaki depuis la nuit des temps, cette monstrueuse créature attend patiemment la résurrection prochaine d'Orochi. Insensible à la douleur, elle guette ses proies de ses yeux attentifs, empêchant ainsi les attaques par derrière. "Gros bêta ! Tu vois bien qu'il faut ouvrir la carapace et attaquer les yeux !" - Issun l'artiste errant -

La reine araignée est une créature basée sur un yokaï qu'on retrouve dans de nombreuses légendes japonaises : Jorōgumo. Jorōgumo est une araignée prenant l'apparence d'une très belle femme pour séduire et tromper ses proies. Le mythe de Jorōgumo prend naissance dans les chutes d'eau de Jōren à Izu. Là, une araignée aurait vécu pendant 400 ans. Au terme de cette vie, elle aurait acquis des pouvoirs magiques. Un malheureux villageois qui se détendait au pied de cette chute d'eau en aurait fais l'amère expérience. L'araignée l'aurait encerclé avec ses toiles, de façon surnaturelle. L'homme se retrouva pris au piège comme si des dizaines d'araignées géantes tentaient de l'immobiliser en même temps. Mais l'araignée était seule. Muni d'un sabre, il réussit à couper cet enchevêtrement de fils, et s'en débarassa en les nouant à une souche d'arbre. Mais la force de l'araignée était telle que la souche fut déracinée et emporter dans la chute d'eau.

Suite à cet incident, les villageois évitèrent alors cette chute d'eau, et sa réputation de lieu maudit ne la quitta plus. Mais un jour, un bucheron étranger au village vint s'approvisionner en bois dans la forêt où s'écoulait cette chute d'eau. Par inadvertance, il fit tomber sa hache dans l'eau, et à sa grande surprise, ce fut une sublime jeune femme qui sortit de l'eau et lui remis sa hache. Elle lui demanda seulement de ne jamais parler d'elle. Ce que l'homme fit. Cependant, le souvenir de son visage rayonnant le hanta, et il ne put s'empêcher de retourner à la chute d'eau dès le lendemain. Mais la sublime jeune femme ne se montrait plus. Les jours passèrent, l'homme continuait de retourner en ce lieu, et attendait désespérément qu'elle se montre de nouveau. L'âme du bucheron commençait à être rongée par ce désir de la revoir, et l'homme commença à dépérir.

Un jour, un moine d'un temple voisin le vit passer en direction de la chute d'eau un matin. Au milieu de l'après-midi, et ne le voyant pas revenir, il s'inquiéta et se demanda si l'araignée qui hantait ces lieux ne l'avait pas englouti dans la chute d'eau. Il décida de se rendre sur place. Il y découvrit le bucheron amaigri attendant immobile. Le moine récita alors un Sūtra, ce qui conjura les pouvoirs magiques de l'araignée. Celle-ci perdit son pouvoir de se changer en femme, et de milliers de fils sortirent de nouveau du lac. Le moine continua ses invocations et repoussa ainsi l'araignée. Il s'échappa avec le bucheron. Mais ce dernier ne pouvait oublier le visage de la jeune femme. Le moine lui expliqua qu'il n'y avait jamais eu de jeune femme, mais seulement une araignée qui l'avait ensorcelée.

Le bucheron se mit alors en tête d'épouser l'araignée. Il demanda alors pour cela la permission du yokaï des montagnes, Tengu. Mais ce dernier refusa de marier un humain à un yokaï. Le bucheron décida alors de se passer de l'accord du Tengu. Il retourna aux chutes d'eau, l'araignée sorti ses toiles, l'attrapa et le fit tomber dans l'eau. On ne revit jamais le bucheron.


On retouve plus tard dans le jeu 3 autres araignées qui ressemblent à la reine araignée. Ce sont des bandits araignée. Elles gardent l'entrée des portes démoniaques, qui sont des caves proposant des défis optionnels.

Le proverbe dit qu' "il faut savoir tirer profit de sa perte". Ce yokaï est diffcile à trouver, car il se cache au plus profond après avoir dérobé les voyageurs. Si vous arrivez à attirer ce voleur hors de son terrier, vous obtiendrez un précieux trésor.


Repost 0

Présentation

  • : Expérience-Japon
  • Expérience-Japon
  • : Venez découvrir le Japon et rêver un peu
  • Contact

Recherche